Le Liban, la suisse de l’Orient, par Aulida Valery, Valeri

mai 7, 2017

Le Liban, la suisse de l’Orient, par Aulida Valery, Valeri

Nous le confirmons, le Liban est aujourd’hui, la suisse de l’orient…et suite à une conversation avec une famille libanaise vivant à Montréal, c’est un petit coin de paradis.

Les jeunes ont soif de vivre-ensemble avec les migrants et nous souhaitons une vie meilleure pour ces migrants. Surtout ceux qui fuient la guerre en syrie.

Une bonne nouvelle pour tous les libanais vivant dans la diapora: En marge de la 4ème édition de la conférence de la Lebanese Diaspora Energy qui se déroule sous la présence de 2000 Personnes au BIEL de Beyrouth, le Président de la République Michel Aoun et le Premier Ministre Saad Hariri ont signé ce jeudi un décret accordant aux expatriés libanais de se voir réaccorder la nationalité libanaise. (source: https://libnanews.com/liban-decret-accorder-nationalite-libanaise-a-diaspora/)

Le liban, pays Santuaire

Le Liban, en forme longue la République libanaise1,3, est un État du Proche-Orient, en grande partie montagneux4. Il partage ses frontières avec la Syrie au nord et à l’est sur 376 km et Israël au sud sur 79 km. Il est bordé à l’ouest par le bassin levantin, la partie orientale de la mer Méditerranée, avec 220 km de côtes. Beyrouth en est la capitale.

La langue officielle est l’arabe. Le français ayant perdu ce statut est une langue seconde, employée notamment dans l’enseignement (tout comme l’anglais)5. La monnaie officielle est la livre libanaise.

Du fait de sa composition pluriconfessionnelle, le Liban est doté d’un système politique fondé sur une répartition du pouvoir proportionnelle au poids de chaque communauté religieuse, c’est le confessionnalisme6.

Comme entité géopolitique et tel qu’il existe dans ses frontières actuelles, l’État libanais est créé en 1920 sous le nom de Grand Liban par la France (le haut commissaire français au Liban est alors le général Gouraud) par adjonction au territoire du Moutassarrifat du Mont-Liban (entité autonome de l’Empire ottoman) de territoires qui appartenaient aux deux Wilaya ottomans de Beyrouth et de Damas. La France avait été alors, à la suite du démantèlement de l’empire ottoman, mandatée par la Société des Nations pour développer et moderniser certains territoires ex-ottomans.

En 1926, le pays adopte sa première constitution, devient officiellement une République, prend le nom de République libanaise et crée les postes de Président de la République et de Président du Conseil des ministres.

Son histoire, son système politique et la variété de sa culture, de sa démographie religieuse et de sa géographie en font un pays à part et original du Proche-Orient. Le Liban a été occupé au cours des siècles par diverses civilisations. Il est aussi réputé pour sa gastronomie et pour sa musique. Entre son indépendance et le début de la guerre civile qui le ravage de 1975 à 1990, le pays connait une période de relative prospérité économique et de stabilité politique, permises par la forte croissance des secteurs du tourisme, de l’agriculture ainsi que du secteur des finances et des services (banque, assurances…). Dans cette période, le pays est de ce fait considéré comme le coffre-fort du Levant et comme « La Suisse du Moyen-Orient », en raison de son poids et de sa puissance financière. Le Liban attire alors de nombreux touristes, en grande partie parce que Beyrouth, la capitale, est connue comme le « Paris du Moyen-Orient ». Beyrouth est d’ailleurs classée par le New York Times comme la première ville à visiter pour l’année 2009.

Immédiatement après la fin de la guerre civile, de grands efforts sont faits pour reconstruire les infrastructures du pays et une économie viable, par le biais d’investissements colossaux de l’État, de l’Arabie saoudite, de l’Union européenne et de quelques pays du Golfe Persique. Ainsi, l’IDH du Liban passe de 0,677 en 1990 à 0,803 en 2008. En outre, au début 2006, le pays atteint un niveau de stabilité relativement élevé et la reconstruction de Beyrouth est entrée dans sa phase intensive. Cette année-là, un nombre toujours croissant de touristes est enregistré. Cependant, la guerre israélo-libanaise de 2006 met un terme à l’afflux touristique et cause des dommages estimés à environ 3 milliards de dollars américains sans compter le ralentissement économique qui s’en est suivi. (Wikipedia.org).

Le petit colibri, Aulida Valery, nosprofsnosheros, ourteatherourheros

 

Publicités

Dépister l’adolescent (Questionnaire HEADSSS) , par Aulida Valéry, Nosprofsnosheros

mai 2, 2017

Dépister l’adolescent (Questionnaire HEADSSS)
Questionnez les sphères suivantes1 :

H = Home (maison)
E = Education (école)
A = Activities (activités)
D = Drugs (drogues)
S = Sexuality (sexualité)
S = Suicide (suicide)
S = Safety (sécurité)
Exemples de questions
Home (maison)
Où habites-tu?
Comment ça se passe chez toi?
Vis-tu avec d’autres personnes?
Si oui, comment ça va avec elles?
Education (école)
Comment les choses se passent-elles à l’école?
Quels cours préfères-tu?
Es-tu satisfait de tes résultats scolaires?
Est-ce que tes notes ont changé récemment?
Si oui, pourquoi?
Est-ce qu’il t’arrive de manquer tes cours?
Travailles-tu les soirs et les fins de semaine?
Activities (activités)
Que fais-tu comme loisirs?
Es-tu impliqué dans les activités scolaires ou autres?
Fais-tu de l’activité physique?
As-tu des amis sur qui tu peux compter?
As-tu un confident?
Que fais-tu les soirs et les fins de semaine?
Drugs (consommation de drogues)
Bois-tu du café, du thé ou des boissons gazeuses caféinées?
Fumes-tu la cigarette?
Consommes-tu de l’alcool? As-tu des amis qui fument, ou qui consomment de l’alcool et/ou des drogues?
As-tu déjà essayé des drogues?
À quelle fréquence consommes-tu?
Comment t’es-tu procuré l’argent pour payer cette drogue?
Sexuality (sexualité)
Es-tu attiré par les gars, ou les filles?
As-tu un copain ou une copine?
Es-tu actif sexuellement?
Combien de partenaires as-tu eus?
As-tu déjà eu des relations sexuelles contre ton gré?
Quels moyens utilisent-tu pour te protéger contre les infections transmissibles sexuellement et contre les grossesses ncropped-aulidavalerymontreal375e1.jpgon désirées?

  • Suicide (suicide)
    T’es-tu déjà senti très déprimé?
    As-tu déjà pensé que la vie ne valait pas la peine d’être vécue?
    As-tu déjà pensé à te faire du mal, à te blesser volontairement?
    Safety (sécurité)
    Y a-t-il quelque chose qui t’effraie particulièrement?
    As-tu déjà senti que tu n’étais pas en sécurité?
    Est-ce que quelqu’un a déjà été violent avec toi?
    As-tu accès à des armes?
    Si oui, lesquelles?

Référence: Minnesota Department of Health. Sample HEADSSS Questions (Long Form) [Internet]. 2006 [cité le 26 juin 2012]. Disponible au http://www.health.state.mn.us/youth/providers/ headssslong.html.


Montréal, la 1ère Ville du Bonheur au monde, Aulida Valery, 08 août 1998

janvier 31, 2017

 

Canada

Ville du Québec,

Montréal, le 31 Janvier 2017

Suite à notre recherche personnelle et professionnelle au cours des dix huit dernière année que nous avions vécu à Montréal, et notre implication dans la vie de cette société d’accueil;

Suite aux nombreuses activités communautaires, corporatives, associatives, sportives depuis notre première visite en 1996 avec le maire Pierre Bourque, bous rêvons de venir vivre avec ma famille dans une ville du bonheur. Et, lorsqu’on considère la confiance que nous avions gagnée de gens de tous les quartiers à Montréal, nous les citons ci-dessous:

Ahuntsic, Parc Angus, Île Bizard, Bordeaux, Benny Farm, Bois-Franc, Cartierville, Centre-Sud, Centre-ville de Montréal, Quartier chinois de Montréal, Cité du Havre, Cité du Multimédia. Quartier Concordia, Côte-Saint-Paul, Côte-des-Neiges, Downtown, Faubourg des Récollets, Faubourg Saint-Laurent, Faubourgs de Montréal, Ghetto McGill, Griffintown, Garment District, Village gai, Glenmount, Goose Village, Greektown, Hochelaga-Maisonneuve, Habitations Jeanne-Mance, Historic Jewish Quarter, Quartier international de Montréal, Île des Sœurs, Île-Bizard, L’Îlot-Trafalgar-Gleneagles, Quartier de l’innovation, Quartier latin de Montréal, La Petite-Patrie, LaSalle, Longue-Pointe, Maisonneuve (Montréal), Mercier (Montréal), Mercier-Est, Mercier-Ouest, Mile End (Montréal), Mille carré doré, Milton Parc, Montréal-Nord, Quartier du Musée, Monkland Village, Notre-Dame-de-Grâce, Nouveau-Bordeaux, Nuns’ Island, Outremont, Overdale, Parc-Extension, Petite Italie de Montréal, La Petite-Patrie (quartier), Petite-Bourgogne, Pierrefonds (Montréal), Plateau Mont-Royal, Pointe-Saint-Charles, Pointe-aux-Trembles, Petit Maghreb, Petit Portugal, Parc olympique de Montréal, Quartier de l’innovation, Quartier des spectacles, Quartier Sainte-Marie, Quartier Concordia, Quartier international de Montréal, Quartier latin de Montréal, Quartier du Red Light de Montréal, Rivière-des-Prairies, Roxboro (Québec), Rosemont, Saint-Henri (Montréal), Saint-Laurent, Saint-Louis (circonscription provinciale, Saint-Michel (Montréal), Sainte-Geneviève (Montréal), Sainte-Marie, Sault-au-Récollet, Shaughnessy Village, Shop Angus, Snowdon, Saint-Gabriel, Tétreaultville, Le Triangle, Turcot, Verdun, Viauville, Ville Saint-Pierre, Vieux-Montréal, Vieux-Port de Montréal, Village gai (Montréal), Ville-Émard, Villeray.

A partir de son arrivée au Canada en 1998, Aulida Valery intervient principalement auprès de nouveaux arrivants, d’étudiants et des gens en quête d’opportunité d’affaire. Il agit alors comme consultant, motivateur ou à titre d’accompagnateur. Depuis 2002, il anime des événements sportifs et soirées festives.

Son parcours personnel et professionnel a toujours été agrémenté par la passion d’entreprendre, de créer et de développer des solutions tant pour sa clientèle que pour les différentes entreprises avec lesquelles il a œuvré. Ce qui est dans ses priorités est ce qu’il construit pour ses enfants et pour le devenir de la société en cherchant à relier les êtres humains de différents endroits sur la Terre par des solutions technologiques.

En 2006, il fondait l’entreprise MULTICOACHING.

MULTICOACHING – «L’autoroute vers le mieux-être» – est une entreprise offrant des services de coaching polyvalents pour accr…oître le mieux-être personnel et professionnel de sa clientèle tout en privilégiant l’usage des technologies de l’information (TI) et la gestion de communauté web.

Depuis le 08 Août 1998, nous avions compris qu’un jour Montréal allait devenir la 1ere Ville du Bonheur au monde.

Après avoir passé 18 ans à vivre le bonheur au quotidien avec les Montréalais, après avoir vive 90 jours avec les jeunes dans la rue et les personnes itinérantes, nous arrivons avec la conclusion que nous sommes la Ville du Bonheur au Monde.

Nous invitons tous les amoureux de MTL Ville du Bonheur à nous rejoindre pour conjuguer nos efforts et énergies communes pour faire du 375e, la plus belle fête au monde.

Nous poursuivons cette mission jusqu’à l’ONU et l’UNESCO.


INSTRUIT L’ENFANT

septembre 5, 2012

 

 

 

INSTRUIT L’ENFANT

Le livre des Proverbes pourrait être appelé un « traité d’éducation        selon Dieu ». Constamment, l’appel retentit : « Mon        fils » (une trentaine de fois, dont une vingtaine dans les neuf        premiers chapitres). En dépit de l’ancienneté de        ce livre et de l’évident décalage spatio-temporel,        les sages maximes concernant l’éducation des enfants que        renferment les Proverbes sont d’une actualité inchangée.        Cet article vise à relever quelques-unes des principales caractéristiques        des enfants et de leur éducation1. Pour chaque thème        traité, nous citerons un ou deux versets tirés du livre        des Proverbes2.

 

1. QU’EST-CE QU’UN ENFANT ?

 

a. Un enfant est un pécheur

 

« La folie est attachée au cœur de l’enfant. » (22.15)

 

Les Proverbes sont en pleine cohérence avec l’ensemble        de la Bible sur ce point : tout enfant naît avec une nature pécheresse.        Même avant d’avoir atteint l’âge de responsabilité,        un enfant n’est jamais un « innocent ». Toute éducation        qui ne part pas de ce postulat de base risque de faire fausse route.        A la suite de Rousseau, il est sans doute plus facile d’incriminer        le contexte, la société, les enseignants, etc., que de        reconnaître humblement que nous avons légué à nos        enfants la même nature encline au mal que la nôtre… Ne        nous laissons pas influencer par les nombreuses théories sur la        soi-disant « neutralité » de la nature de l’enfant.        N’excusons donc pas le péché de nos enfants, mais        sachons le nommer, y compris devant eux. Les rendre conscients de leur état        réel est sans doute un des meilleurs moyens de les conduire au        salut.

 

b. Un enfant est naïf

 

« Proverbes de Salomon […] pour donner aux simples du          discernement. » (1.1-4)

 

Les Proverbes ont pour but de mettre en garde le « simple ».        Ce terme désigne celui qui est sans expérience, facile à tromper        ou à séduire (14.15) et qui a plutôt un penchant        vers le mal (14.18). L’éducation vise prioritairement à donner à l’enfant        les moyens d’affronter le monde qui l’entoure et dans lequel        il devra être bientôt autonome :

 

– nos enfants vivent souvent dans un monde imaginaire idéalisé ;        sans leur ôter la part de rêve nécessaire à l’enfance,        sachons les amener progressivement vers le réalisme : non, dans        la vraie vie, toutes les histoires ne se terminent pas par un mariage        romantique ! – nos enfants vivent au présent ; aidons-les à envisager les conséquences futures de leurs actes : le sac de bonbons est attirant, mais la fraise du dentiste l’est moins ! – nos enfants sont impressionnés par l’apparence, le clinquant, l’extérieur ; montrons-leur que la vérité est souvent autre : leur copain qui a une grande maison pleine de jouets n’est pas forcément le plus heureux des garçons si, en même temps, son père est trop occupé par son travail pour passer un moment avec lui.

 

c. Un enfant est influençable

 

« L’homme simple croit tout ce qu’on dit, mais l’homme prudent          est attentif à ses pas. » (14.15)

 

Parce qu’il est naïf (ou « simple », pour reprendre        le terme des Proverbes), l’enfant croit volontiers ce qu’on        lui dit. L’élève a généralement une        confiance aveugle dans ce que lui affirme son maître ou sa maîtresse.        Le petit enfant risque de suivre tout adulte, même un étranger.        Raison de plus pour ne pas l’exposer inutilement à des influences        qui pourraient se révéler ensuite difficiles à contrecarrer.

 

d. Un enfant est irréfléchi

 

« L’homme prudent voit le mal et se cache, mais les          simples avancent et sont punis. » (22.3 ; 27.12)

 

L’enfant agit souvent par impulsion. Ma fille veut rejoindre sa        copine de l’autre côté de la rue ; va-t-elle penser à regarder        avant de traverser ? Tout entière tournée vers son but,        elle oublie totalement le danger… jusqu’à ce que je        lui crie un « stop » impératif ! Les Proverbes incitent        souvent le « fils » à prendre le temps de la réflexion, à demander        conseil, à peser le pour et le contre. Rien de bien naturel… mais        un constant rappel à se « poser », sans pour autant « casser » toute        spontanéité.

 

e. Un enfant est indiscipliné

 

« Celui qui aime la joie reste dans l’indigence. » (21.17)

 

Par nature, l’enfant tend à privilégier le plaisir        sur la contrainte. Il est certes plus facile de sortir tout le contenu        de sa caisse à jouets que de devoir la ranger le soir venu ! L’éducation        doit avoir pour but de progressivement remplacer la contrainte externe        (« Range ta chambre avant de te coucher ! ») par la reconnaissance        intérieure des bénéfices de la discipline (il est        plus agréable de se réveiller dans une chambre rangée,        on peut retrouver un jouet égaré, etc.).

 

f. Un enfant est ingrat

 

« L’insensé dédaigne l’instruction de son père,          mais celui qui a égard à la réprimande agit avec          prudence. » (15.5)

N’attendons pas beaucoup de remerciements pour l’éducation        que nous donnons à nos enfants ! Nos conseils, nos avertissements,        nos reproches, généreront plus de critiques que de gratitude,        et cela d’autant plus que nos enfants grandissent. L’adolescence        est « l’âge sans pitié » ! Mais quand        je vois mon ingratitude envers mon Père céleste, je m’étonne        moins de celle des mes enfants… De plus, élever nos propres        enfants nous conduit à mesurer concrètement la difficulté de        la tâche ; alors nous portons a posteriori un regard moins sévère        sur l’éducation que nous avons reçue. Et nos enfants, à leur        tour, feront la même expérience !

g. Un enfant est créé à l’image de Dieu

 

« L’Eternel a tout fait pour un but. » (16.4)

 

Si nos enfants ont des traits de caractère liés soit à leur        absence de maturité, soit à leur nature pécheresse,        il n’en demeure pas moins qu’ils restent, chacun, une créature        unique, merveilleuse, dans laquelle nous pouvons retrouver la trace de        Dieu. Le développement physique, celui de la personnalité,        l’éveil de l’intelligence, tout est une occasion constante        de nous rappeler que chaque être a été voulu par        Dieu pour un but, dans un cheminement unique auquel, comme parents, nous        sommes appelés à contribuer pour un temps.

 

2. COMMENT EDUQUER UN ENFANT ?

 

a. Selon son caractère

 

« Instruis l’enfant selon la voie qu’il doit suivre ; et quand          il sera vieux, il ne s’en détournera pas. » (22.6)

 

Ce verset peut se comprendre de deux façons3 :

 

1. La « voie » de l’enfant peut tout d’abord désigner        l’ensemble de ses talents et de ses aptitudes naturelles. Une éducation à l’image        de celle de Dieu envers nous, doit viser à faire éclore        et s’épanouir les dons d’un enfant. Il n’est pas du tout dans        la pensée biblique de forcer un enfant à faire ce pour        quoi il n’est pas fait, sous le simple prétexte qu’il est soumis à l’autorité de        ses parents. À la suite des recherches menées sur l’éducation        des enfants, plus personne ne conteste aujourd’hui que l’enfant a sa        personnalité propre ; celle-ci est d’autant plus fragile qu’elle        n’est pas encore totalement formée et il convient de la respecter        (Col 3.21). Dans une famille riche de plusieurs enfants, les parents        ont tôt fait de constater que la « voie » du cadet        ne sera pas forcément celle de l’aîné ; l’éducation        sera alors adaptée à chacun, selon la sagesse que seul        le Seigneur peut donner.   2. Pour autant, ce verset ne signifie pas qu’il faille laisser libre cours à la  volonté propre de l’enfant. La « voie » que veut suivre  un enfant peut lui sembler droite, alors que ses parents discernent qu’elle  conduit à la mort (14.12). Le verbe « élever » a  aussi, dans d’autres contextes, le sens de « consacrer » une maison  ou un temple (cf. Deut 20.5 ; 1 Rois 8.64). Si nous avons à cœur  de « consacrer » nos enfants au Seigneur, nous serons conduits à user  d’une fermeté pleine d’amour pour les empêcher de se fourvoyer.  Par réaction aux excès d’autoritarisme des siècles précédents,  notre époque est marquée par un laxisme déstabilisateur  pour l’enfant lui-même et pour l’ensemble de notre société.  L’épanouissement du caractère de nos enfants ne passe ni par  un endoctrinement forcené, ni par une rigueur excessive, mais par une  stimulation à rechercher les valeurs chrétiennes, alliée,  s’il le faut, à une discipline mesurée et contrôlée.

 

Si les deux conditions évoquées ci-dessus sont remplies,        la seconde partie du proverbe nous donne une magnifique promesse : cette éducation        portera un fruit durable.

 

b. En l’instruisant

 

« Ecoutez, mes fils, l’instruction d’un père. » (4.1)

 

Le verset étudié ci-dessus (22.6) donnait aux parents        un commandement formel. L’instruction n’est pas optionnelle        mais elle est un devoir des parents. Nos enfants ne doivent pas grandir        comme de jeunes pousses sans tuteur, mais au contraire, être modelés        par l’enseignement des parents . L’enseignement des parents4 :

 

– porte sur le mal, pour le prévenir, mais surtout sur        le bien, pour le valoriser : l’excès d’avertissements        et de « ne fais pas ceci » peut être décourageant        ; – concerne les sujets les plus variés : n’hésitons pas à aborder tous les domaines ; par exemple, il n’est pas normal que l’éducation sexuelle de nos enfants soit laissée à leur professeur ou aux lectures plus ou moins malsaines proposées par les copains ; – est basé sur la Bible : sans s’obliger à citer à tout bout de champ des versets, des parents chrétiens devraient être capables de pouvoir étayer leurs instructions sur des principes bibliques clairs ; plus l’enfant grandira, plus il sera important de faire ce lien ; – ne craint pas la répétition : les Proverbes eux-mêmes nous donnent l’exemple ; bien souvent, les mêmes instructions reviennent à plusieurs chapitres d’écart ; n’hésitons donc pas à revenir (sans perdre patience !) sur les mêmes enseignements.

 

c. Avec amour

 

« Mon fils, donne-moi ton cœur, et que tes yeux se plaisent          dans mes voies. » (23.26)

 

Les théories modernes sur l’éducation ont justement        remis en valeur l’importance de l’amour et des démonstrations        d’amour envers nos enfants — de la part des pères        en particulier. Notre amour se montrera de façon adaptée à chacun5,        par des paroles et des actes, dans un esprit de sacrifice semblable à celui        de Paul pour ses enfants dans la foi (1 Thes 2.7-8). N’attendons        pas de recevoir de l’amour de nos enfants pour leur en prodiguer        largement, car l’exemple vient d’en haut, comme dans la famille        de Dieu (1 Jean 4.19) : le cœur des parents s’ouvrira d’abord,        et ensuite nous aurons souvent la joie d’avoir un fils ou une fille        qui nous ouvrira le sien. Eduquer dans ce contexte devient alors un partage        mutuel magnifique.

 

d. Sans hésiter à le corriger

 

« L’Eternel châtie celui qu’il aime, comme un père          l’enfant qu’il chérit. » (3.12) « La verge et la correction donnent la sagesse, mais                  l’enfant livré à lui-même fait honte à sa                  mère. » (29.15)

 

Les Proverbes sont célèbres pour ce que certains prennent        pour une apologie du châtiment corporel. Ce simple fait suffit à discréditer        les principes bibliques sur l’enseignement, les faisant passer        pour totalement démodés. Dans plusieurs pays européens,        il est légalement interdit aux parents de corriger physiquement        leurs enfants ! Il est même question d’en faire une règle        au niveau de la Communauté européenne. Notons tout d’abord        que le terme « verge » n’est pas toujours à prendre        au sens littéral6. Suivant l’âge, suivant        le caractère de l’enfant, suivant la gravité de la        faute, des moyens divers de discipline seront employés et l’éventail        des punitions ne se limitera pas à la fessée ! Le point        important est d’être persuadé, contre l’esprit        actuel, de la nécessité de la correction :

 

– parce que c’est ainsi que notre Père céleste — notre        ultime modèle — agit envers nous (relire Hébreux        12.4-14, où ce verset des Proverbes est cité) ; – parce que c’est parfois le seul moyen de faire prendre conscience du mal ; – parce que nous montrons ainsi (paradoxalement dans un sens) que nous aimons nos enfants ; – parce que, même si, pour des parents, il est dur de devoir punir ses « petits chéris », il est encore plus dur de les voir s’enfoncer dans le péché du fait d’une carence de correction.

 

La discipline fournit aux enfants un cadre sécurisant dont ils        ont absolument besoin pour leur équilibre personnel.

 

e. Par l’exemple

 

« Ecoute, mon fils. Je te montre la voie de la sagesse. » (4.        10-11)

 

Salomon n’a malheureusement pas été un exemple en        tout pour son fils, mais pour autant, soyons persuadés que toute éducation        risque de faillir immanquablement si les deux parents ne donnent pas        l’exemple. Si notre principe est : « Fais ce que je dis et        ne fais pas ce que je fais », les résultats seront catastrophiques        ! Nos enfants sont des observateurs constants, perspicaces et critiques        de nos actions ; aussi enseignons-les premièrement par notre propre        façon de vivre.

 

3. LE RESULTAT DE L’EDUCATION

 

« Le père du juste est dans l’allégresse, celui          qui donne naissance à un sage aura de la joie. Que ton père          et ta mère se réjouissent, que celle qui t’a enfanté soit          dans l’allégresse ! » (23.24-25) « Mon fils, si ton cœur est sage, mon cœur à moi                    sera dans la joie. » (23.15)

 

Quel sera le résultat d’une éducation selon les        bons principes du livre des Proverbes (et du reste de la Bible) ? Pas        forcément positif : très lucide, Salomon indique qu’un        fils peut refuser de suivre les enseignements de la sagesse paternelle        (10.1). L’histoire des rois de Juda et celle de nos familles montrent        bien que les enfants ne suivent pas toujours l’exemple (bon ou        mauvais) de leurs parents. En tant qu’éducateurs, nous n’avons        pas une obligation de résultat, mais seulement une obligation        de moyens. Aussi ne nous laissons pas accabler par un poids de responsabilité excessif        et hors de propos : Dieu laisse chaque homme libre. Si nos enfants sont        des « sages » ou des « justes », ce ne sera de        toute façon qu’un effet de sa grâce, qui aura pu utiliser        en partie l’éducation — toujours imparfaite — que        nous aurons pu donner.

 

1Ce texte s’inspire en partie d’une étude        disponible sur le site américain http://www.bible.org. Nous recommandons        vivement les études et les commentaires qui figurent sur ce site        chrétien. 2Une bible à parallèles ou une concordance pourront    fournir d’autres références. 3Certains versets de la Bible peuvent se comprendre sous deux sens  différents, sans que le texte original permette de trancher entre l’un  ou l’autre. Souvent d’ailleurs les deux sens se complètent et montrent  l’équilibre de la Parole de notre Dieu. 4Dans un accord entre le père et la mère (cf. l’article  de L. Jouve sur ce sujet dans ce même numéro). 5Le livre de G. Chapman et R. Campbell, Langages d’amour des  enfants, présente cinq façons d’aimer ses enfants : en  leur adressant des paroles valorisantes, en passant avec eux des moments de  qualité, en leur offrant des cadeaux, en leur rendant des services,  en les câlinant. Chaque enfant, selon ces auteurs, est plus ou moins  sensible à chacun de ces langages.. 6Voir, par exemple, Esaïe 10.5, où le terme a un sens  métaphorique pour la « discipline » en général.

[ Source: Joël Prohin: http://www.promesses.org/arts/150p13-17f.html ]


Empathie, par Aulida Valery

février 5, 2012

[Percevoir de manière empathique, c’est percevoir le monde subjectif d’autrui comme si on était cette personne.].- Carl Rogers.

  • L’empathie (du grec ancien ἐν, dans, à l’intérieur et πάθoς, souffrance, ce qui est éprouvé) est une notion complexe désignant le mécanisme par lequel un individu (un animal dans le domaine de l’éthologie) peut « comprendre » les sentiments et les émotions d’un autre individu voire, dans un sens plus général, ses états mentaux non-émotionnels, comme ses croyances (il est alors plus spécifiquement question d’« empathie cognitive »).
  • Dans l’étude des relations interindividuelles, l’empathie est différente de la sympathie, de la compassion ou de la contagion émotionnelle (la notion d’empathie n’impliquant pas en elle-même l’idée du partage des mêmes sentiments et émotions, ni d’une position particulière vis-à-vis de ces derniers) [Source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Empathie]

Nous invitons les jeunes à lire et faire des recherches sur le mot Empathie, ensuite ils pourront partager avec leurs amis et leurs parents.

Aulida Valery, Fondateur de Multicoaching, Montréal, Canada


Success and aging, by Aulida Valery

janvier 17, 2012

At age 4 success is not peeing in your pants.

At age 12 success is having friends.

At age 16 success is having a drivers license.

At age 20 success is having sex.

At age 35 success is having money.

At age 50 success is having money.

At age 60 success is having sex.

At age 70 success is having a drivers license.

At age 75 success is having friends.

At age 80 success is not peeing in your pants.

– Unknown


Supporting Multicoaching project.

décembre 31, 2011

A very big Thank You to all of you supporting Multicoaching project.

Thank you particularly to our committed Happiness Fans and partners, social Medias users, family and friends. Without you we wouldn’t have come that far. We would like to wish you a HAPPY NEW YEAR 2012 and are very much looking forward to upcoming activities in 2012.  One of our goals is to coach more people in 2012, help them to get more energy; we become independent distributor for Visalus, join us and take part of our 90 days Challenge Body by Vi. http://www.multicoaching.bodybyvi.com

Notre proposition pour le Mieux-être :

 Nous avons constaté que depuis la popularité des médias sociaux, les gens créent des albums de photos de famille, d’amis et de leurs activités personnelles, mais saches que la condition de santé de beaucoup d’entre nous créent des malaises parce qu’ils ne sentent pas à l’aise ou libre d’y ajouter leurs réalités, il y a un risque de se faire juger par même ses proches amis.

Donc, au lieu d’aider cela peux créer aussi de la peine, donc, nous avons prie du temps pour trouver une entreprise qui puisse prendre place dans l’Autoroute vers le Mieux-être de nos amis Facebook, Twitter, LinkedIn, Google +, MSN, Yahoo, Myspace, Youtube.

Le plus grand défi des acteurs des médias sociaux, c’est d’avoir aussi un volet d’entraide, par le biais de transmission d’information. De création d’emploi ou de proposer des opportunités d’affaire qui peuvent aider les gens à prendre soin de leurs santés physiques et financières.

Une communauté de médias sociaux plus actif, plus positive et plus en santé

 Nous sommes en formation intensive, nous nous mettons avec des gens qui ont expérimentés un produit qui a fait ses preuves depuis quelques années. Grâce à vous, votre écoute active, il va le faire tant aussi longtemps que les gens mangent difficilement ou mal. Et. Nous savons que beaucoup de gens vont perdre leurs emplois durant la période des fêtes, et la pression, le stress augment de jour en jour.

Selon nos recherches et développement, nous avions constaté que les gens heureux mangent bien, s’amusent avec leurs enfants et famille, planifient des périodes de vacances, visitent leurs médecins, leur s dentistes et se donner les moyens pour attirer l’abondance tout en ouvrant la voix pour d’autres personne qui veulent suivre leur exemple de réussite.

Enfin, nous aimerions que nos enfants comprennent ceci : Qui reçoit le bonheur de ses amis et de ses parents prend plus facilement la responsabilité et l’engagement de le transmettre autour de lui.

 6.- Fable Indienne : le combat intérieur!

  • Un vieil indien Cherokee apprend la vie à son petit-fils;
  •  Un combat a lieu à l’intérieur de moi, dit-il au garçon. Un combat terrible entre deux loups.
  •  L’un est mauvais : il est en colère, envie, chagrin, regret, avidité, arrogance, apitoiement sur soi-même, culpabilité, ressentiment, infériorité, mensonges, vanité, supériorité et ego.
  • L’autre est bon : il est joie, paix, amour, espoir, sérénité, humilité, bonté, bienveillance, empathie, générosité, vérité, compassion et foi.
  •  Le même combat a lieu en toi-même et à l’intérieur de tout le monde.
  •  Le petit-fils réfléchit pendant une minute puis demande à son grand-père :
  •  Mais alors, quel sera le loup qui vaincra?
  • Le vieux Cherokee répondit simplement : »’Celui que tu nourriras. »

 Mots de Meilleurs Vœux de Bonheur pour les femmes du monde

 La période des fêtes pour tisser les liens existants et trouver des gens qui ont les mêmes affinités et visions que vous. Et, ensemble vous pouvez mettre sur pied des projets, mais faites-le maintenant.

 La femme à un rôle décisif à jouer dès l’aube de la journée du 1er Janvier 2012, et ce rôle c’est de consolider les liens familiaux et apprendre les enfants à aimer et à être sage.

  • L’homme doit se mettre debout pour se rapprocher de leurs enfants et se donner les moyens pour poursuivre leurs propres destinés.
  • Notre société doit passer de la parole en action concrète maintenant, il n’est pas trop tard, ensemble nous pourrons y arriver vers un monde plus humain, plus sécuritaire pour nos enfants et petits-enfants. Mon grand-père disait toujours : Un enfant aujourd’hui est un adulte de demain.

Devenez acteurs des médias sociaux, aidons les gestionnaires de Facebook à encourager les volets philanthropiques pour venir en aide à ceux qui n’ont pas encore accès à ces informations.

 Aulida Valéry, Kolo Positivo, Mister Happiness